© 2016  ANDREA SAUNIER. All rights reserved

Story # 10 : Le jour où j'ai eu 30 ans. 

Ecrit avec amour et humour le 29.11.2016

30 ans, bordel.

 

Pas seulement un, mais un double Trente 

pour moi, s’il vous plaît ! Avec un supplément d'autodérision et une tranche de citron... !

 

Merci.

30 Novembre

30 ans

…. Alors, OUI on y est ! La Cap fatidique des 30 ans et ces questions existentielles. Pas trop de changement de ce côté-là, je suis la professionnelle des questions de ce genre :

 

« Suis-je aujourd’hui la personne que j’aurais souhaité être il y a 10 ans de cela ? Mais dans le fond, qui ai-je envie d’être? »

 

J’ai encore 364 jours pour y répondre. Allez, ressers-moi du Champagne !

Non, mais arrêtons de plaisanter deux minutes.

Ne me dis pas que cela ne t'as rien fait, le passage des Vingt aux Trente Printemps?! De toute façon, même si tu me dis non, je ne te croirais pas. Ce matin, je ne sais pas si j’ai envie d’éclater de rire ou de fondre en larmes. Je vous rassure, avoir 30 ans au bout du monde, cela fait exactement le même effet. Tu te dis, « Ah ouais… quand même ! » 30 ans au Canada ou 30 ans en France, cela se fête de la même façon:

Un gâteau, une bougie et une gueule de bois. Sauf qu’ici, mon anniversaire s’étale sur deux jours. Pour une fois, j’ai envie de dire « Merci au décalage Horaire ! »

Dire "Bye-Bye à mes 29 ans" ça mérite bien une longue célébration, non ?!

 

En tant que nouvelle expatriée à Vancouver, fêter mon anniversaire cette année va se résumer en 4 points :

1. Planification des RDV Skype et FaceTime « Alors, attend j’ai un call à 12h, et puis à 21h chez toi donc, le matin chez moi… toi tu es dispo à quelle heure, du coup ?! »

2. Tous les témoignages d’amour de mes proches se feront derrière l'écran de mon téléphone portable : Mail, notifications Facebook, Textos WhatsApp, Message privé….

3. Organisation de mon anniversaire avec des personnes que je connais depuis seulement quelques semaines, mais que j'aime déjà beaucoup et que je considère (malgré ce qu’on peut dire sur les amitiés au Canada) comme des amis.

4. Et interrogations (qui pour une fois, ne sont pas existentielles !) Doivent-ils apporter à boire ou je m’en occupe ?! « J’opte pour une célébration à la Canadienne ou à la Française ?! »

 

On a 30 ans qu’une seule fois dans sa vie.

Comme tout les âges, me direz-vous. C’est vrai mais bon, avoir 23 ans, 36 ans, 48 ans, 15 ans, 64 ans, 52 ans, 61 ans, 77 ans ou 89 ans… Et bien ce n’est pas aussi FORT. La trentaine, c’est un CAP tout de même. C'est l'âge où la vie ne s'évalue pas en rêves mais en réalisations.

 

30, c'est un âge, c'est un chiffre, mais ce n'est pas que ça. Ce soir, je fête mes Trente années: Celles que je laisse désormais, derrière moi. Ces millions d’émotions ressenties, ces sentiments partagés, ces souvenirs gravés et ces centaines de premières fois qui ont façonné la femme que je suis devenue aujourd’hui.

 

Prêt pour le voyage dans les temps ?! Voici les 30 premières fois où j’ai ressentis de :

 

- L’EXCITATION

Le matin de mon premier jour sur un plateau de cinéma.

 

- LA PEUR

Devant le film "E.T L’extraterrestre" de Steven Spielberg.

 

- LA JOIE

Lorsque ma mère m’annonça qu’elle et mon père étaient de nouveau ensemble.

 

- LA PANIQUE

Avant d’embrasser mon premier amoureux, Michel.

 

- L’ÉMERVEILLEMENT

En haut du Sri Pada à admirer le spectaculaire lever du soleil.

 

- LA DÉTRESSE

Perdue à trois heures de l’après-midi en Finlande dans la pénombre glacée, raquettes aux pieds et mains gelées.

 

- LE PLAISIR GUSTATIF

A quelques mois, assise sur ma chaise haute devant un pot de crème de marron.

 

- LA HONTE

Être arrivée avant-dernière au classement du stage de Badminton, juste devant la fille qui elle, avait déclaré forfait.

 

- L'AMOUR

En un mot: PARIS. Toutes mes histoires d'amour ont commencé ici.

 

- LA FIERTÉ

Au cinéma Casino micro en main, face au public de mon premier film.

 

- LA TRISTESSE

Le coup de fil du 6 Juin 2015.

 

- LA TENDRESSE

Une après-midi de Janvier, où ma sœur m’a présenté cette pétoule qui a fait de moi une tatie comblée.

 

- LA DOULEUR

Entendre le mot divorce dans une famille que je croyais unie.

 

- LA TROUILLE

Sur scène, avant de prononcer ma première réplique devant un public attentif.

 

- L’INDÉPENDANCE

Haute comme trois pommes, me baladant seule avec mes bottes de pluie dans les champs d’asperges à côté de la maison.

 

- LE DÉSESPOIR

Face au bug de mon ordinateur le jour de la mise en ligne des Visa Vacances Travail pour le Canada.

 

- LA GRATITUDE 

Lorsque ma meilleure amie me montra l’échographie du petit Prince qu’elle attendait.

 

- LA COLÈRE

Après avoir compris que je n’étais pas la seule femme aimée de mon premier amour.

 

- LA SOLITUDE

Enfant, les semaines passées chez ma mère où mon père me manquait terriblement, les Week-ends avec mon père où ma mère me manquait tout autant.

 

- L’ESTIME

Lorsque mon frère nous a présenté son projet humanitaire à Palerme.

 

- L’INCOMPRÉHENSION

Face à la méchanceté gratuite de cet acteur de série TV.

 

- LA JALOUSIE

Au centre aéré où Sophie avait ramené la « Poupée qui parle » que j’avais tant désiré.

 

- L’IMPATIENCE

À l’entrée du Lycée Molière, cherchant mon nom sur la liste des reçus du BAC.

 

- LA CULPABILITÉ

Dépensant mon budget mensuel en une après-midi shopping. 

 

- LA CONCENTRATION

Dans ma chambre de petite fille au moment de laver, changer et habiller toutes mes poupées adorées.

 

- LE DOUTE

Lorsque j’ai prononcé mes premiers mots en Anglais face aux comédiens du Casting « Crossing Lines ».

 

- LA PLÉNITUDE

Après cette première fois que l’on connaît tous.

 

- L’IMPUISSANCE

Face au sarcasme de mon professeur de Math sur mes choix d’orientation Universitaire.

 

- LE BONHEUR

Ce repas de fin d'été, à rire aux éclats avec ma mère, mon père et mon frère.

 

- LA LIBERTÉ

Le 25 Août 2016.

 

Une  page  se  tourne,  une  nouvelle  s'écrit. De « Cuisse de Mouche » à « Dady », de « Dadinou » à « Andros », « d’ Andréa » à « Andy ».

 

Recommencement ?!

Renaissance ?!

Nouveau cycle ?!

On fait le bilan dans un an.

 

Aujourd'hui, du haut de mes 30 ans, je suis prête à vivre pleinement cette nouvelle année à Vancouver et à présent, je n’ai qu’une chose en tête : FAIRE LA FÊTE !