© 2016  ANDREA SAUNIER. All rights reserved

Week # 1 : Premières impressions.

Ecrit avec amour et humour le 01.09.2016

C’est un rêve qui prend enfin vie.

Jeudi 25 Aout :

Dans l’avion, lorsque tu arrives, tu surplombes Vancouver et tu vois toute la beauté de cette ville : Downtown, la banlieue, la nature qui est toute proche et évidemment l’océan.

Une vraie beauté. Je sors de l’avion et je me sens déjà à la maison. Le passage à la douane se passe beaucoup mieux que l’année dernière, merci à mon Working Holidays Visa.

Enfin, ça c’était avant de faire une queue monstre pour pouvoir obtenir mon papier officiel. Quoi ?! Je ne suis pas la seule à vouloir vivre à Vancouver ?! Des étudiants Japonais, des trentenaires Européens, des jeunes familles et quelques Français, oui. 

Après plus de 30 minutes d’attente, le garde Frontalier prononce enfin « A-n-d-r-o-u-é-a », je me lève parmi la foule et dis " yes, it's me !"

Il me sourit en me donnant mon précieux sésame.

 

Sven comme un Prince vient me chercher à l’aéroport. Trop de plaisir à le revoir, je le serre dans mes bras tendrement. Ici, ma famille c’est lui : Ce grand beau mec d’1m95 ! Et c’est parti pour nos discussions en Français (pour lui) Anglais (pour moi), les choses ne changent pas !

Direction : la fameuse plage de Wreck beach. Trois heures après être arrivée, me voici topless sur la plage à regarder les avions décoller dans le ciel.

Bonheur.

 

Vendredi 26 Aout :

 

6h : Déjà levée, décalage horaire oblige.

Sven m’amène dans ce magasin Cosco où les paquets de Chips et les bouteilles de lait font deux fois ma taille. Il  est  grand, c’est  vrai  mais  doit-il  faire  ses  courses  dans  un  magasin  où  tout  est  démesuré ?  C’est vraiment un autre monde.

C’est encore une journée magnifique, on en profite ! Let’s Go to Wreck Beach ! Cette plage est ici, un synonyme de liberté. Des personnes de tout âge, de tout milieu social sont nues, libres dans leurs corps malgré leurs cicatrices, leurs cellulites, leurs corps imparfaits. Les complexes sont oubliés : Cela remet vite les idées en place. 

Mais malgré tout, j’avoue que je ne suis pas encore tout à fait à l’aise lorsqu’un mec vient me parler nu comme un ver…

 

Samedi 27 Aout :

 

Direction Fido pour l’achat d’un forfait mobile puis RBC pour l’ouverture de mon compte en banque. Comme une enfant, j’étais excitée à l’idée de pouvoir choisir moi même mon numéro de téléphone et celui de ma Carte Bleue.

 

Première balade dans Downtown où je redécouvre les rues et découvre aussi de nouvelles boutiques. Je n’ai pas résisté à l’appel du Dieu shopping, je m’achète direct une jolie veste pour mon rencard du soir. Je ne sais pas vous mais moi je suis toujours stressée lorsque j’ai un premier Rendez-vous mais là, le premier en Anglais, c’est méga MEGA STRESS.

À ma grande surprise, j’ai réussi à tenir une vraie conversation et même à être drôle ! Puis, à la fin du repas, il me dit : « I have a Wrap Party. Do you want to come with me ?! » Et me voilà dans une soirée de fin de tournage au milieu de plus de deux cent techniciens du cinéma.

Oui, la vie à beaucoup d’humour.

 

Dimanche 28 Août :

 

J’essaie de me remettre au sport : 5km ce matin. C’est vrai que la motivation n’est pas la même lorsque tu cours au bord de mer.

 

Faire  ses  courses  dans  un  supermarché  chinois,

des  millions  de  produits  totalement  inconnus,

des  fruits  et  légumes  encore  jamais  vus,

je  suis  un  peu  perdue…

 

Entre la conversion des Dollars en euros sur mon portable et la fascination pour les centaines de paquets colorés de nouilles en tout genres, mes courses ont duré plus d’une heure. Cela fait trois jours que je suis là mais je garde encore cette sale habitude de rechercher dans tous les rayons des produits Français.

C’est à ce moment là que je tombe sur une bouteille d’huile d’olive à plus de 18 Dollars… Je la prends malgré tout, car elle aussi c’est un peu ma famille.

 

Lundi 29 Aout :

 

Premier smoothie acheté dans un Food Truck, premier moment de solitude.

Le serveur ne me comprend pas lorsque je prononce avec mon accent Français le mot Watermelon (pastèque). Connais-tu toi aussi ce moment, où lorsque tu prononces un mot, la personne en face de toi ne le comprend pas et à force de t’égosiller à le répéter, il prononce enfin le même mot mais avec son ACCENT à lui « Oh WOouATermelOooonE ! »

Pffff….

Smoothie en main, je me balade au milieu des buildings et m’arrête au coin de la rue pour admirer le superbe coucher de soleil.

 

Mardi 30 Aout :

 

Après avoir passé plusieurs jours sur Craiglist (LeBonCoin au Canada) à la recherche de la bonne colocation, je décroche enfin une visite. L’annonce promet : Deux colocataires qui travaillent dans les Arts, un super quartier près de Downtown, une jolie chambre propre et spacieuse.

Je passe mon après midi à travailler à la bibliothèque avec assis en face de moi, un beau mec. J’avoue qu’il a été difficile pour moi de me concentrer. Pas de doute, Vancouver est un nid à Bogoss !

 

Vingt heures, j’arrive dans le quartier de Strathcona et découvre la jolie maison verte, située en face d’un parc. L’idéal ! Enfin, ça c’était avant de découvrir la cage à poule qu’ils appellent « chambre » et passer plus de dix minutes à écouter le locataire de soixante ans beaucoup trop bavard. 

J’ai noyé mon désespoir dans un Gin Tonic en compagnie d’un ami dans un bar Carribéen où la scène était ouverte à de jeunes chanteurs. Une jolie fin de journée.

 

Mercredi 31 Aout :

 

Ça y’est, je crois qu’aujourd’hui je fais une overdose aux Comédies Romantiques sur Netflix. Regarder des films où les colocataires sont des meilleures amies canons qui vivent dans un magnifique appartement, ont un super job et qui en plus de cela rencontre l’homme de leur vie au coin de la rue, commence légèrement à me déprimer.

En plus, il pleut.

Je fais un tour sur Craiglist mais pas de duplex, de loft ou de chambre convenable à moins de 1000 dollars à l’horizon… Mais mon coup de blues s’envole rapidement à la lecture d’un mail reçu d’une costumière me disant qu’elle a fait passer mon CV, me confirmant que Vancouver est LA bonne destination pour travailler dans le cinéma.

Youpiiiiiiii.

Ce soir, je sors boire un coup ! Tâchons d’en profiter avant les longues journées de tournage.

 

Jeudi 1er Septembre :

 

Aujourd’hui, contre vent et pluie, Sven et moi sommes partis à vélo sur Robson Street manger Japonais. C’est un restaurant à volonté et je crois qu’il l’a bien compris : Je ne voyais plus la couleur de la table tellement il y avait commandé de choses à manger.

Je vous avoue que je ne sais pas comment j’ai fais pour remonter sur mon vélo juste après…

J’étais loin de m’imaginer mais oui, on fait du « résautage » vraiment partout dans cette ville. Cette après midi, je suis partie du Tea Shop avec mon délicieux Orange Tchai et un petit mot où était inscrit plusieurs site Web à consulter sur les tournage en cours.

Ce soir après être allée à mon cours de pilate, j’ai ri sur mon vélo. Il pleuvait à torrent, ma capuche ne tenait pas sur ma tête et les éclaboussures des 4x4 n’ont pas épargné mon beau ciret jaune. J’ai ri car oui, jeudi dernier à la même heure, j’étais à moitié nue sur la plage avec un verre de vin à la main admirant le magnifique coucher du soleil…

 

Je crois que c’est ça Vancouver, une ville qui jour après jour, heure après heure, te réservera toujours des surprises !