© 2016  ANDREA SAUNIER. All rights reserved

Story # 23 : Le jour où je me suis mise sur Tinder. 

Ecrit avec amour et humour le 21.08.2017

T’as voulu faire la maligne avec ta

liberté sexuelle

mais tu t’es faite attraper.

 

Piégée la biche. L’oisillon.

La Panthère en carton.

Pour les 0,8% des personnes sur cette planète qui ne connaissent pas cette application pour smartphones, voici une petite mise au point de notre cher, tendre et indispensable Wikipédia. 

 

Tinder :

Application de réseautage social. Elle fait défiler des profils d'utilisateurs sur plusieurs critères, dont le sexe et la position géographique. L'utilisateur doit indiquer s'il les apprécie (« swipe right ») ou non (« swipe left »). Lorsque l'attraction est réciproque, les deux utilisateurs sont mis en relation et peuvent échanger des messages. 

 

.... N'est-ce pas?! Quel beau moyen de s’ouvrir au monde qui nous entoure, non ?! Ou ouvrir ta porte au mec canon matché samedi soir dernier. Ou dans 1% des cas, ouvrir ton coeur au charmant garçon qui t’auras séduite sans forcer. 

 

J’avoue, j’ai voulu jouer. J’ai aimé ça, c’était drôle mais comme à chaque fois je m'y suis brûlée. Aie, putain j’ai mal. En même temps, tu le sais toi aussi Tinder, c’est tellement simple à utiliser. 

Des visages, des noms, des profils, des âges différents et puis là tu imagines. J’ai toujours eu beaucoup d’imagination. Un peu trop même. 

« Alors, lui mais même pas en rêve, tes muscles ne me font pas rêver, désolé. »

« Humm, attends fais voir ses photos. Ouais il est pas mal. Why not? Mais juste pour une nuit ?! Et après plusieurs verres… Of course. »

« Well helloooo you. C’est qui ce BoGoss de folie?! OMG !! T'as vu ce regard?! »

 

Un jeu. 

Fini les Polly Pockets et autres petits poneys. Allez, ouste au placard. On n'imagine plus des histoires de Princesses, avec son beau château et ses fairy tales. Aujourd’hui, la seule imagination que nous permet cette application c’est : Est ce qu’il va réussir à me faire jouir?! 

Too much comme raisonnement?! Non, tu sais quoi, je ne crois pas, c’est juste dans l’air du temps. 

 

Et vous savez quoi les gars, j’ai plus le temps! Je veux du plaisir et tout de suite. De la consommation en une seule application. Fini les fringues, salut les Vancouverites canons. 

Je ne suis pas devenue une nymphomane à deux dollars, non. La Romantique en moi à juste lâché l’affaire. Elle est partie en vacances loin dans mon esprit. Et dans mon coeur aussi. 

 

..... Ha attendez, j’ai encore un match. 

Alors, t’es qui toi?!

Ah oui pas mal, pas mal du tout même. Non mais attends suis-je vraiment devenue cette fille là?! Vaguement exigeante, scrutant les photos Instagram des hommes que tu as liké, se permettant des critiques et autres remarques pourries ?! Ah oui, la Romantique et gentille fifille est partie loin. Très loin. 

 

Allez, bonne vacances! 

 

Bon, alors nous on démarre par quoi?!

Je lui écris ou pas?!

Oui, mais qu’est ce que je lui dis?!

Un truc simple ou plus alors quelque chose de plus original?!

Non mais, c’est à eux de faire le premier pas. Allez les gars, un p’tit effort bordel. Je ne sais pas si c’est comme ça partout ailleurs mais ici à Vancouver, ils ne sont pas très entreprenants. 

 

Ou alors, ils le sont et là c’est assez original:

 

Celui qui a cru que Tinder était une foire à questions :

« Favorite movie and album?! » 

Sérieusement ?! Même pas un « Hi » ou « Hey » ou « Hello ». Comme ça, tu poses la question comme un interrogatoire?! Et puis quoi, si je répond un truc de merde, tu ne vas pas vouloir me rencontrer ou coucher avec moi? Ni même me payer un café?! 

Allez, Bye. 

 

Celui qui ne parle qu’en Emoticones: 

«  Vélo - Montagne - Marcheurs - Tente - Verres de vin - Lever du soleil »

Humm oui, j’ai toujours aimé les rébus mais c’était en 90’s quand j’avais six ans. Et puis, je veux bien être un femme libre et curieuse mais gravir une montagne avec un inconnu et dormir dans les bois avec toi, ça me dit moyen quand même. A défaut de finir dans tes bras, je ne veux pas finir non plus dans la colonne Fait-Divers. 

Allez, tchao. 

Celui qui aime jardiner et plus si affinités: 

«  As-tu un jardin?! On peut le cultiver et cuisiner les légumes ensemble?! » J’avoue, c’est mignon et assez original mais genre, tu écris ça sur Tinder?! L’application où la plupart des filles ont leurs pelouses parfaitement tondues?!

Allez, N E X T.  

 

Moqueuse?! 

Oui et tu sais quoi ça fait du bien. Arrêtons d’être sérieux, non?! Ça donne des rides et à bientôt 31 ans, je ne suis pas pressée d’avoir plus que mes petites ridules sous les yeux. J’ai beau aimer me moquer des ces grands coeurs ou petits connards, je ne suis pas mieux. Trop timide moi aussi pour faire le premier pas, j’ai remarqué que c’était toujours plus simple après un verre.

Ou plusieurs.

Sers moi un vin blanc frais et je suis une machine à écrire.

«  Hey » « How was your day? » « What do you do in Vancouver?! » « Do you have plans for the weekend? »….. Et ça a démarré tout doucement comme ça. Aussi simplement. 

 

MISSION TINDER ACTIVÉ. 

 

Il était hot alors mon doigt à swipé sur la droite. Charmant et 39 ans. Notre seule et unique discussion m’a donné envie de plus. On s’est matché le vendredi soir et le dimanche matin, je me suis réveillé dans ses draps. Et dans ses bras. C’est ce qu’on appelle de la rapidité. Je me suis comporté comme un homme. J’ai pas cherché à le connaitre plus, je voulais l’intérêt partagé du moment avec la sensation de s’être fait du bien à deux.

 

J’avais envie de cette liberté sexuelle.

Sans convention, ni resto à 80 dollars. Il a été mon cobaye et je crois pouvoir dire qu’il n’a pas détesté. Ne pas faire l’amour avec un homme m’avait manqué et m’a féminité commençait elle peu à peu, à s’effriter. Ce soir là, je me suis sentie belle et désirable. Bonne et sexy. Et cela n’a pas de prix. 

Il m’a redonné confiance et c’est exactement ce que j’attendais de cette nuit avec lui. Reprendre confiance en moi. En mon pouvoir de séduction. En ma féminité. Retrouver ma sexualité. Avoir du plaisir sans penser au jour d’après. On s’est quitté en sachant très bien que l’on ne se reverrait jamais. Et alors je m’en fous, j’y ai pris mon pied. 

 

Je ne m’étais jamais comporté comme cela avant.

Juré.

Craché.

Serait-ce une étape avant le grand changement? Ai-je besoin d’une nuit avec plusieurs mecs pour redécouvrir mon corps de femme et ma sexualité enfouie derrière plusieurs années d’abstinence non désirée?! Je le sais, ce n’est pas sur Tinder que je vais rencontrer l’âme soeur. Ou avoir un coup de coeur. C’est juste un jeu. 

 

FAUX. 

T’as tout faux, meuf.

 

Et oui, ça n’a pas mis trop longtemps en fait. Je pensais pouvoir être cette femme libre à enchainer les dates les weekends sans attaches, sans amour, ni prise de tête. Et bien en fait, pas vraiment. Moi, Andréa, j’ai aimé jouer ce rôle, OH OUI j’y ai pris beaucoup de plaisir et puis je suis tombé et je me suis fait mal. 

A I E.  

 

J’ai pris un coup. Un GROS coup. Oui et cela s’appelle un COUP DE COEUR. GAME OVER. 

Oh bordel, on n'est pas dans la merde. Un coup de coeur sur Tinder c’est pire que la lèpre en 1900. C’est moche, ça fait mal et c’est incurable. 

 

Là où je me suis faite avoir, c’est que depuis le début, je n’y croyais pas trop avec lui. Nos discussions sur l’application étaient d’une banalité déconcertante. Mais qu’importe, je ne cherche pas à sortir avec un homme pour échanger philosophie et politique. Ses mots étaient cute et mon anglais très mauvais. 

En deux mots, pas la relation de l’année. Je doutais qu’un jour, on allait dépasser cette virtualité instantanée pour la dure réalité. Et puis cela s’est fait dans la plus grande improvisation.

 

« Désolée de ne pas t'avoir répondu, j’étais avec des amies » « Je suis de retour chez moi. » « C’est où chez toi? » « Ah oui, je vis à 3 blocks » « Tu veux qu’on aille boire un verre?! » « Je t’attends sur la West Broadway » «  Ok, j’arrive dans 5 minutes ». 

 

La passage à la réalité n’a pas été si désagréable. En fait, il est bien plus charmant en vrai. Hummm, ça promet. On s’est assis et malgré le karaoké insupportable chanté par ces habitués alcoolisés, on n'a pas arrêter de parler.

Sourire.

Répondre. 

Se toucher les cheveux.

Frôler sa jambe.

Prendre ma main.

Rires.

Se faire les yeux doux.

Se taquiner.

S’écouter.

Proposer. 

 

Et puis s’en aller. 

Rien n’est dur quand tu en as envie... Enfin, je parle pour nous les filles. C’est tellement simple, pourquoi s’en priver?!

 

Cette nuit là, lui, cet inconnu, cet homme-là, il m’a réveillée et depuis j’ai du mal à dormir. La connexion s’est faite et cela faisait longtemps que cela ne m’étais pas arrivé. Ce sentiment là existe encore en moi? Suis-je capable de ressentir ça encore une fois? Est-ce que c’est lui? Lui seul? Ou lui + moi?!

 

Jusqu’au lendemain, la connexion ne s’est jamais coupé. Au contraire, elle a finit par faire des étincelles. Mais c’est qui ce gars?!T’es qui toi?!

Tu viens d’où?! T’es Australien et British? Ah oui c’est un bon mix, je comprend mieux…. Non mais pourquoi avec toi, j’ai été capable de ressentir tout ça?!

Allez, les questions. Trop de questions. Et pas de réponses. Of course. 

Je suis partie malgré le fait qu’on arrivait pas à se détacher. Si si, il faut que je m’en aille. Oui, j’en suis sûre. Tu me fais peur. Tu m’effraies. T’es trop bien putain, et tu sais quoi j’ai déjà mal. AIE. 

Et voilà, Andréa hahahaha…. t’es piégée. Je me suis protégée de tout, SIDA, MST et j’en passe. Mais j’étais pas protégé contre ça. Existe-il des patchs anti - coup de coeur? Faut commencer à les commercialiser les gars, ça rendrait service à plus d’une. Allez, NEXT. 

C’est bon, j’arrête. À la poubelle Tinder. C’était sympa mais non, j'ai plus envie de jouer. La Romantique est rentrée de vacances et elle n’aime pas retrouver son petit coeur brisé. 

 

Non, je ne suis définitivement pas faite pour cette époque. Tinder. Matches. Verres. Soirée. Nuit. Sexe. Lendemain. Et puis plus rien. 

Une Looseuse avec un coeur brisé, on est d’accord ça ne fait pas rêver… Quand est-ce que l’on va un jour arrêter de vouloir ABSOLUMENT tout consommer?!

 

Vous savez quoi, un jour on va tous finir par s’y brûler