© 2016  ANDREA SAUNIER. All rights reserved

Nouvelle : Le shooting.

Ecrit avec amour et humour le 11.05.2019

Il y a deux jours de ça, j’ai photographié une amie à moi. Son ventre est joliment rond, tout comme ces yeux bleu profond. Enceinte et enchantée. Comme une Reine, dans mon studio, elle est rentrée. Enceinte et de toute beauté. Je n’ai eu cesse de lui répéter. Elle est venue, je n’avais rien de prévu. J’aime appréhender mes shootings comme une expérimentation, un espace temps ou rien n’est planifié. Je marche sans cesse à l’improvisation au grès de mes inspirations. Prendre le temps, celui de l’instant.

Il n’est jamais facile de poser.
Encore plus étant enceinte.
Encore plus quand tu es intimidée.

Je ne savais pas comment la rassurer, je lui ai proposée une tasse de thé. On a bu, on a parlé de nous, de nos projets, de son premier enfant, de nous dans 10 ans. Et puis, comme ça l’air de rien on a commencé. Elle s’est changée, son corps de femme mis en avant, celui d’une jeune maman. Les rayons du soleil ont réchauffé sa peau, ses éclats de rires ont résonné dans tout le studio. A t-elle vu dans mon regard ? A t-elle décelé toute l’admiration que j’ai pour elle ? Pour elles ? Toutes ces femmes que j’ai photographié ces derniers années. Ces mamans, ces futurs mères, ces célibataires. Derrière mon appareil photo, l’objectif ne mesure pas seulement 35mm, il est bien plus grand.
Objectivement.

Les photographier est un art mais avant tout un désir de leur montrer qu’elles sont belles, ventre rond, fesses plates, vergetures ou seins pointus. Toutes se mettent à nues, me partagent leur intimité, une part de leur féminité. Elles me confient leurs secrets: Le regard qu’elles portent sur elles, l’amour de leurs corps, l’acceptation du changement, la résilience à une parfaite silhouette. Aucunes d’elles ne se trouvent jolies sur les photos, elles évitent la caméra. Pourquoi ? Dur de lâcher de soi. Difficile pour moi, d’aller au delà.

 

Chaque shooting est-il un acte militant ? Non, je n’en demande pas tant. Je n’ai pas cette prétention là. Mon combat est ailleurs. Celui de photographier chaque femme comme une œuvre d’art qu’elle est. Un trésor. Un cadeau de l’humanité. Mettre en image la féminité dans toute sa pluralité, là est le chemin que j’ai envie d’emprunter.