© 2016  ANDREA SAUNIER. All rights reserved

Story # 29 : Le Jour où je suis tombée éperdument amoureuse. 

Ecrit avec amour et humour le 04.08.2018

C’est arrivé comme ça. 

 

BIM

BAM 

BOUM.

Sans que je ne m’en aperçoive. 

C’est vrai, elles m’avaient toutes prévenues : 

« Tu  verras  ça  arrivera, tu  ne  t’en  rendras  pas  compte  mais  tu  sauras. » 

 

J’ai su. 

J’ai ressentis. 

J’ai voulu. 

J’ai vécu. 

 

 

Je l’ai vécu avec toute la passion qui m’anime. Avec toutes ces déraisons et ces millions d’émotions en fusion. Je n’ai pas réussi à me protéger. Je n’avais que faire de toutes ces alarmes qui me criaient sans cesse de faire attention à moi. 

Fais attention à toi. Protèges toi Andréa. 

 

Qu’importe, la tête la première, j’ai plongé. 

Tombée au plus profond de mes désirs, à la rencontre des siens. Ne pense pas à demain, c’est encore trop loin. C’est comme ça qu’entre nous, tout a commencé. Sans promesses, ni rendez-vous programmé. Tout les deux un peu perdus, un peu paumés. Que ce soit dans le monde ou la temporalité. 

 

Il y a toujours un début à ces histoires d’amour-là. 

Ces débuts que l’on adore raconter, ces moments où rien n’est encore fait. Nos regards ne se sont pas encore croisés, nos lèvres ne se sont pas touchées, nos corps ne se sont pas connectés. 

 

Je n’avais pas particulièrement hâte de le rencontrer. Encore un homme, prêt à jouer le temps d’une soirée, pour finir dans l’oubli dès le dimanche après-midi. 

J’y suis allée avec cette fille. Cette super version de moi-même. Cette femme idéale qui on le sait tous, n’existe pas. Mais chuuuut, lui (encore) ne le sait pas. 

Cultivée tout en aimant le foot, Yoga addict mais party girl aussi (faut pas déconner !) , cuisine des légumes bio mais s’égare quelques fois au Macdo, pratique la randonnée mais préfère celle à deux sur l’oreiller. Elle n’est jamais fatiguée, ne se plaint pas et sourit toute la journée. 

Puis additionne en plus toutes les qualités, drôle, intelligente, sensuelle, curieuse, spontanée. 

Une Miss France sur-vitaminée. 

 

Il ne peut que me désirer. 

Lui contrairement à moi, il n’a pas fait semblant, cela l’a rendu si attirant. Il était lui, un être si sensible et passionnant. Très rapidement, il m’a dévoilé qui il était, ses blessures, ses tourments, ses pensées, ses idées, son passé. 

 

Je  n’ai  pas  résisté  à  cette  si  soudaine  sincérité, 

il  ne  m’a  jamais  rien  caché. 

très  vite,  j’ai  eu  envie  de  lui  donner, 

mon  coeur, mon  corps, mes  envies, mes  désirs, ma  vie. 

Je ne pensais pas que je pouvais aimer un homme que je connais aussi peu, aussi fort. 

 

D’où viennent ces sentiments ?! Comment puis-je ressentir cela ? Suis-je capable d’aimer comme ça ? De la plus pure façon qu’il soit. 

Aimer cet homme tel qu’il est. Avec ses defaults et ses qualités. Aimer son corps, son caractère, ses yeux bleus, son histoire et sa façon de m’embrasser. 

 

L’amour ça ne rassure pas. Désormais je me sens apaisée qu’entourée par la force douce de ses bras. 

Contre son coeur, je ne me suis jamais sentie aussi proche de moi. En totale sécurité, non il ne peut rien m’arriver. Soudain, je n’ai plus eu peur de rien. Tout était devenu enfin serein. Tout ce que je ressentais, je le vivais. 

Cet homme n’est pas seulement entré dans ma vie, mais il a pris en otage mon coeur, s’est installé confortablement dans mes pensées et trouve petit à petit sa place dans mon quotidien. Des mois de mots doux, de caresses, de photos nues, de confidences et autres fantasmes confondus. 

 

Andréa, réveille toi. 

Détache tes yeux de ta caméra. 

Tu n’entends donc, pas ? 

 

Il y a toujours une fin à ces histoires d’amour là. 

 

Il te le répète sans cesse. 

Il te l’a dit.

 

Il n’est pas prêt. Il ne l’a jamais été. J’ai essayé d’oublié. J’ai entendu ces mots mais je ne l’ai pas cru. Ne dis pas ça, c’est défendu. 

L’amour est capable de tout. De faire taire nos peurs les plus profondes et réveiller nos envies les plus intenses. Battons-nous ensemble contre cette fatalité. 

Suis-je la seule à penser que chaque sentiments doivent être vécus ? Il ne fait pas parti des convaincus. 

 

Pourquoi être tombée en amour pour un homme, qui lui, est incapable de le vivre ? Est-ce cela qui m’a attiré ? Est-ce cela qui m’a plu ? Etre avec lui, s’avère être un nouveau défi. Prend tes flèches et ton arc et vas-y.

Comme une sagittaire déterminée toute en sensualité, je m’y suis jeté. 

Le corps. 

L’esprit. 

Entièrement. 

Sans relâche. Sans filet. Sans gilet. 

Quoi de plus naturel que d’aimer ? 

 

Que  peut-il bien m’arriver ? Rien que je n’osais espérer. 

Qu’est-ce-qui peut bien nous arriver?! Je le crains celle de devoir nous quitter. 

Est-ce la vie qui m’a une nouvelle fois protégé de ce désir irrationnel de me perdre pour un homme ? 

Ne plus être CETTE femme. 

 

Celle qui va aimer é P E R D U ement, celle qui va sauver. SAUVER l’enfant blessé qu’il a été. SAUVER l’homme qu’il est. AIMER tout ce qu’il est. ACCEPTER son passé, REVER à un présent à deux. Etre ensemble, le rendre heureux. PANSER ses blessures. 

 

Tu verras avec moi, la vie ne sera pas aussi dure.

 

Se PERDRE dans son regard, se TROUVER dans nos éclats de rires. TOUCHER ses cicatrices, CARESSER ses rides, EMBRASSER ses lèvres gercés et S’OUBLIER. 

OUBLIER qui je suis. 

Avoir qu’une seule ENVIE, être avec lui. Le seul projet, le rendre heureux et épanoui. Devenir cette femme derrière cet homme, celle de l’ombre, cette technicienne de l’amour si importante à l’avenir du couple dans la durée. 

 

Je ne sais pas aimer autrement. Me perdre est ma seule façon d’aimer. 

Apprendrais-je un jour à aimer raisonnablement ? Comme un adulte et non plus comme une enfant. Ne plus aimer éperdument. Ne plus aimer me perdre. 

Aimer tout simplement. 

En ce début après midi ensoleillée, après cette discussion tant redoutée, nous étions là, tout les deux assis sur ses marches, seuls au monde. Les larmes sur mon visage n’avaient pas le temps de sécher. Ses bras, si fort et protecteur me parut cette fois, faibles, désarmés, rempli de tant de pudeur. 

C’est donc ici ? 

Ici que nous deux, ça se finit. Dans ce village pour surfeur rêveur ? Au milieu de cette vie faite de légèreté et d’eau salée. 

C’est ici que notre histoire est censée s’arrêter ? A t-elle un jour véritablement démarré ? Me suis-je faite piéger par mes aspirations, fantasmes et attentes d’amour à profusion. 

 

 

Ai-je vraiment aimé cet homme ? 

Aimer son odeur. 

Aimer sa candeur. 

Aimer son sourire

Aimer le voir jouir. 

Aimer ses tatouages. 

Aimer ses histoires. 

L'aimer tel qu’il est, un homme imparfait. 

 

Oui, je l’ai aimé comme jamais. 

Les histoires d’amour sont-elles faites pour durer ? J’ai rencontré un homme, je suis tombée en amour mais cette histoire s’est terminé. Le temps doit-il être une empreinte de l’intensité ? Sur quelle échelle notre relation sera t-elle notée ? Quatre mois, ce n’est rien mais cette histoire me marquera à jamais. Elle raisonnera en moi, désormais. 

Elle fera partie de ces amours qui construisent la femme que je suis et qui ont rempli mon coeur, aussi. 

 

Est ce que j’arriverai à faire de la place à quelqu’un de nouveau ? Est ce qu’un autre homme sentira l’odeur de ma peau ? J’ai envie de croire que oui. J’ai envie de me sentir belle et digne d’être aimée. 

 

Je n’ai pas envie d’abandonner. J’ai encore envie d’aimer. 

Aimer un homme qui lui, sera prêt.